Pourquoi les marques font rarement appel à L’inde pour la fabrication ?

On lit rarement sur nos produits électroniques “made in India”, comment peut on expliquer que les marques ne fassent pas appel au savoir faire Indien pour la fabrication de leurs produits ?

Réponse courte : la fabrication y est plus chère qu’en Chine.

Mais la question reste entière, pourquoi les coûts de fabrication sont-ils plus élevés en Inde qu’en Chine ?

La réponse a été apportée par Balaji Viswanathan, PDG d’Invento Robotics, sur Quora en 2017 et en voici la traduction :

Un certain nombre de mes proches dirigent des usines de fabrication dans le Tamil Nadu, un État relativement développé.

Mes beaux-parents ont aussi commencé récemment à importer de Chine (en remplacement de leurs fournisseurs indiens) et je vais vous dire pourquoi les coûts sont plus élevés en Inde qu’en Chine.

1/ Qualité de l’électricité

“Vous démarrez une installation et vous vous rendez compte que l’énergie n’y est pas disponible 24 heures sur 24, 7 jours sur 7.

A Coimbatore et dans d’autres endroits industriels, on obtient de l’électricité pendant huit heures par jour.

Cela signifie que les machines restent inactives pendant seize heures, ce gaspillage augmente fortement le coût.”

Notez que l’Inde se classe 80e sur 137 pays selon le Forum économique mondial.

Selon la Banque mondiale, l’accès à l’électricité est le deuxième obstacle le plus important pour les entreprises manufacturières et freine les investissements des entreprises dans ce secteur.

L’Inde est également confrontée aux pertes de transport et de distribution d’électricité les plus importantes de l’Asie émergente en raison de la faiblesse des investissements technologiques dans les innovations.”

2/ Le coût de l’électricité

En Inde, nous subventionnons tellement l’électricité aux agriculteurs (les agriculteurs sont une énorme base politique pour les partis régionaux) que les compagnies d’électricité doivent soit faire faillite, soit faire payer des sommes énormes aux industries.

Le coût de l’électricité est souvent plus élevé que dans certains pays développés.

> Pour en savoir plus : cost of generating power in India

3/ Coût et qualité de la main-d’œuvre

 

Il est devenu extrêmement difficile d’obtenir une bonne main-d’œuvre d’usine dans des endroits comme le Tamil Nadu.

Les personnes qualifiées travaillent déjà dans des industries très rémunératrices.

Les personnes non qualifiées sont difficiles à gérer.

Quand nous recevons de la main-d’œuvre du nord, ils partent souvent sans préavis (genre ils vont à Diwali en vacances et reviennent jamais).

Il n’y a pas de renforcement des compétences.

A coût égal, la qualité de la main-d’œuvre que vous obtenez en Chine est probablement supérieure à celle que vous obtenez en Inde.

Quelques chiffres

Aujourd’hui, 62 % de la population indienne est en âge de travailler et plus de 54 % de la population totale a moins de 25 ans.

Cependant, on estime que seulement 4,7 % de la main-d’œuvre indienne est formellement qualifiée, contre 52 % aux États-Unis, 68 % au Royaume-Uni, 75 % en Allemagne, 80 % au Japon, 96 % en Corée du Sud et 24 % en Chine.

Selon les estimations officielles, l’Inde doit former 126 millions de personnes dans 34 secteurs.

Aspiring Minds, une entreprise indienne d’évaluation de l’employabilité, estime que plus de 80 % des ingénieurs en Inde sont ” inemployables “. Cela a un impact sur la productivité.

4/ Coût du transport

Étant donné le mauvais état des routes, un envoi en provenance du nord de l’Inde peut prendre une semaine ou plus pour atteindre le sud de l’Inde.

Parfois, il est plus rapide et moins cher d’obtenir un envoi de Shenzhen que de Kolkata.

Le temps, c’est de l’argent et tous ces retards s’ajoutent à vos coûts.

Si je pouvais obtenir quelque chose en deux jours, je pourrais le vendre immédiatement plutôt que d’attendre deux mois pour le vendre (additionnez les intérêts).

Quelques chiffres :

Les coûts de logistique en Inde sont estimés à environ 14-15 % du PIB, soit presque le double des 7-8 % du PIB dans les pays développés. En Inde, près de 60 % de la cargaison est acheminée par la route.

Cela s’explique par la sursaturation des réseaux ferroviaires, le fret ferroviaire élevé, les longs temps de transit, la profondeur insuffisante des ports, le temps de rotation élevé dans les ports et la mauvaise qualité des installations d’entreposage.

Selon des données anecdotiques, la distance entre Guangzhou en Chine et Mumbai est cinq fois plus grande que celle entre Delhi et Mumbai, mais le coût du fret est presque comparable.

5/ Bureaucratie

Démarrer une nouvelle usine ou ajouter quoi que ce soit à une usine existante est très coûteux en temps et en argent.

Vous devez remplir un grand nombre de formulaires et graisser beaucoup de pattes juste pour faire quelque chose de légal et utile.

Les expéditions d’un État à l’autre sont également très retardées (c’est pourquoi l’industrie réclame la TPS).

A moins que la plupart des lois indiennes – en particulier celle qui concerne les usines et le travail – ne soient abrogées, la corruption, les retards et les inefficacités subsisteront.

6/ Une politique “Anti-grandes entreprises”

L’Inde a grandi dans l’idée que les grandes industries sont mauvaises.

Bien que de nombreuses lois aient changé depuis 1991, certaines de nos lois, en particulier dans le textile, sont structurées autour de petites entreprises.

Les petites entreprises n’ont pas l’envergure nécessaire pour produire à bon marché et s’attaquer à de grandes usines en Chine ou au Bangladesh.

Ainsi, sur l’immense marché lucratif du prêt-à-porter, le Bangladesh a rapidement pris la deuxième place – ce qui a conduit à d’énormes améliorations dans le développement des femmes, tandis que les Indiens s’accrochent à des lois dépassées qui favorisent les petites industries artisanales.

Si l’Inde doit concurrencer la Chine, nous devons réviser complètement toutes les lois économiques – impôts, travail, usines – que nous avons en place depuis 1947. Sinon, nous continuerons d’être plus coûteux que le Vietnam et le Bangladesh.

Effectivement, pas plus d’iPhone que d’iFold ne sont fabriqués en Inde à ce jour…

Que penser ?

On comprend que l’industrie indienne a certainement besoin de se moderniser pour être compétitive à l’échelle mondiale, mais sans un soutien politique efficace et ciblé, le secteur manufacturier stagnera et ne sera pas en mesure de rivaliser avec ses pairs des marchés émergents.

Une collaboration efficace entre le gouvernement et le secteur privé est sans aucun doute le besoin du moment.

Le ministre du commerce et de l’industrie, Suresh Prabhu, a justement récemment mentionné que la politique industrielle à venir permettra de créer un écosystème industriel indien moderne, compétitif sur le plan mondial et axé sur l’innovation.

Il a également reconnu la croissance économique “inégalée” de la Chine, en l’attribuant à l’énorme investissement du gouvernement chinois.

Il faut bien comprendre que les révolutions industrielles ne se produisent pas du jour au lendemain et qu’elles exigent une planification minutieuse, des interventions stratégiques, des mises à niveau régulières, des innovations et des investissements à tous les stades de développement.

On ne peut nier que l’Inde a manqué le coche en terme de révolution manufacturière, contrairement à la Chine, à la Corée du Sud et à d’autres marchés émergents.

Sources :
https://www.financialexpress.com/opinion/why-indias-manufacturing-sector-needs-a-big-push/1303968/